Désenfumage : rôle, règlementation et maintenance

Quel est le rôle du désenfumage ?

Le rôle du désenfumage est triple :

  1. Faciliter l’évacuation des occupants : En évacuant la fumée, on offre plus de chances aux occupants de trouver la sortie pour se mettre à l’abri,
  2. Limiter la propagation de l’incendie : L’évacuation des fumées chaudes contribue également à limiter l’augmentation de température à l’intérieur des locaux et à éviter l’embrasement généralisé,
  3. Permettre l’accès des locaux aux pompiers : En réduisant la quantité de fumée, on facilite l’intervention des services de secours.

Les différents systèmes de désenfumage : naturel et mécanique

Le désenfumage naturel repose sur des exutoires et des systèmes d’évacuation de fumées qui communiquent avec l’extérieur. Ces dispositifs sont installés de manière à favoriser le balayage du local ou des pièces. Ce système est principalement utilisé pour les bâtiments ayant un volume important.

Le désenfumage mécanique, quant à lui, utilise des ventilateurs pour aspirer la fumée et la rejeter vers l’extérieur grâce à un circuit de conduits adapté. Ce système est rapide et efficace pour évacuer de grandes quantités de fumées en peu de temps. Il est utile pour les bâtiments dits « borgnes », c’est-à-dire sans ouverture.

Quel rôle des exutoires dans le désenfumage ?

Les exutoires de désenfumage jouent un rôle dans le système de sécurité incendie. Ils permettent d’extraire une partie des fumées et des gaz chauds en début d’incendie afin de maintenir praticables les cheminements destinés à l’évacuation du public. 

Les exutoires contribuent à limiter la propagation de l’incendie en lieux clos et à faciliter l’intervention des secours.

Réglementation, normes, code du travail

Selon le Code du travail (articles R4216-13 à R4216-17), le désenfumage est obligatoire dans certaines conditions. Cela concerne notamment les locaux de plus de 300 m², les locaux aveugles de plus de 100 m² et les sous-sols de plus de 100 m². Le code du travail précise aussi les modalités de mise en place des systèmes de désenfumage.

En complément, la Norme française de Sécurité NF S 61-933 et l’arrêté du 25 juin 1980 DF9 fixent les obligations de maintenance des installations de désenfumage. Les normes européennes EN 12101-xx quant à elles, définissent les critères pour les produits intégrés au système de désenfumage.

L’arrêté du 5 août 1992 définit également les règles d’exécution technique concernant les écrans de cantonnement et les systèmes de désenfumage.

La règlementation impose également de débit d’extraction.

Les spécificités en ERP et IGH

Pour les Établissements Recevant du Public (ERP) et les Immeubles de Grande Hauteur (IGH), le désenfumage est une obligation réglementaire. Le dispositif varie selon la catégorie de l’établissement en question.

Pour les ERP, c’est la réglementation IT 246 qui s’applique. Les critères tels que la surface et le type de local (enterré, aveugle, en étage) déterminent l’obligation d’équipement.

En ce qui concerne les IGH, l’Article Instruction technique IGH stipule qu’ils doivent être équipés d’un système de désenfumage mécanique. Ce système est contrôlé automatiquement par la détection incendie, avec une commande manuelle en doublon.

L’importance de la maintenance du système de désenfumage

La maintenance régulière des systèmes de désenfumage est cruciale pour garantir leur bon fonctionnement en cas d’incendie. Cela implique des inspections visuelles et des tests périodiques effectués par des professionnels qualifiés. Le respect des normes est essentiel, car un système de désenfumage défaillant peut mettre en danger la vie des occupants du bâtiment.

Plusieurs solutions sont possibles pour votre maintenance :

  • S’équiper du [nom du produit] qui permettra au technicien une vérification sans monter sur le toit,
  • Faire intervenir un technicien ayant une habilitation directement sur le toit.

Fonctionnement d’un volet de désenfumage

Un volet de désenfumage est un élément essentiel de sécurité dans les bâtiments. Il a pour but d’évacuer les fumées qui émanent d’un incendie, de créer un espace d’air sain juste en dessous de la fumée présente, et de limiter la progression d’un incendie.

Voici comment fonctionne un volet de désenfumage :

  1. Les volets de désenfumage sont installés dans (ou connectés à) la paroi d’un conduit de désenfumage et sont fermés en position d’attente,
  2. L’ordre d’ouverture est donné par la centrale incendie, qui envoie un signal au mécanisme du volet,
  3. Le volet bas apporte l’air frais dans l’espace à désenfumer et la fumée est évacuée par le volet haut.

Comment calculer l’efficacité d’un système de désenfumage

L’efficacité d’un système de désenfumage est généralement évaluée en fonction de la surface utile d’installation (SUI), de la surface géométrique d’installation (SGI) et de la surface libre (SL) selon la réglementation applicable au type de bâtiment ou local.

Voici quelques règles de calcul pour différents types de bâtiments :

  • Locaux de travail : La surface utile DENFC (Aa) équivaut à 1/200e de la surface du local. La surface géométrique DENFC (Av) vaut 1/100e de la surface du local avec un minimum de 1 m². La surface libre des amenées d’air correspond à la surface géométrique des DENFC.
  • Établissements Recevant du Public (ERP) : Pour les locaux ≤ 1 000 m², la surface utile DENFC vaut au moins 1/200e de la surface du local. Elle peut aussi être calculée en utilisant le tableau servant aux locaux de plus de 1 000 m² avec le taux α en %.
  • Entrepôts : La surface utile DENFC (Aa) = 2% de la surface du canton. La surface libre des amenées d’air équivaut à la surface géométrique des DENFC.

La commande et le réarmement du système de désenfumage

La commande du système de désenfumage peut être réalisée de manière manuelle, électrique ou pneumatique. Les commandes manuelles, bien qu’efficaces, nécessitent une intervention humaine pour être activées. Les commandes électriques, quant à elles, offrent une souplesse de fonctionnement et un contrôle par zone sans nécessiter d’entretien régulier. Enfin, les commandes pneumatiques à air comprimé peuvent être activées à distance, ce qui est particulièrement utile en cas de danger imminent.

Le réarmement du système de désenfumage est une étape cruciale après une activation. Pour les systèmes pneumatiques, le réarmement doit être effectué manuellement. Cela garantit que le système est prêt à être réutilisé en cas de besoin. Certains systèmes de commande disposent d’un réarmement interne et externe, tous deux nécessitant une vérification fonctionnelle régulière pour assurer leur bon fonctionnement.

Amenée d’air, bouches et débit d’extraction

L’amenée d’air, les bouches et le débit d’extraction sont des éléments clés du système de désenfumage.

L’amenée d’air est le processus par lequel l’air extérieur est introduit dans le bâtiment, principalement pour remplacer les fumées extraites lors d’un incendie.

Les bouches sont des ouvertures spécialement conçues pour permettre l’entrée ou la sortie d’air. En général, les bouches d’amenée d’air sont positionnées en partie basse du volume à désenfumer, tandis que les bouches d’extraction sont installées en position haute.

Le débit d’extraction, quant à lui, est la quantité d’air, généralement mesurée en mètres cubes par seconde, qui est extraite du bâtiment. Une gestion adéquate du débit d’air est essentielle pour le bon fonctionnement du système de désenfumage.

Questions fréquemment posées

Quels sont les deux modes de désenfumage ?

Il existe deux modes de désenfumage :

  • Naturel,
  • Mécanique.

Comment fonctionne le désenfumage mécanique ?

Le désenfumage mécanique utilise des ventilateurs pour aspirer la fumée et l’évacuer hors du bâtiment. Il est souvent utilisé dans les grands bâtiments où le désenfumage naturel n’est pas suffisant.

Sources :

boschat-laveix.com

kingspan.com

vim.fr

rft.eu